Ressources
>
Blog
>
17 mécanismes de défense à connaître
17 mécanismes de défense à connaître
13
November
2020

17 mécanismes de défense à connaître

Pouvoir travailler sur soi, comprendre son fonctionnement pour être le moins possible esclave de ses conflits internes et de ses mécanismes de défense est indispensable à l’épanouissement de chacun.

No items found.
Partager cet article

Aujourd’hui nous nous retrouvons pour une nouvelle notion de psychologie. Nous allons découvrir ensemble le monde fascinant des mécanismes de défense.

D’ailleurs, vous est-il déjà arrivé d’occulter complètement une situation stressante ou un évènement sur lequel vous n’avez aucune prise ?

Vous êtes-vous déjà surpris à éviter de résoudre un problème ou une situation complexe en allant faire complètement autre chose ?

Enfin, utilisez-vous fréquemment l’humour pour faire passer des messages délicats ?

Si c’est le cas, alors vous utilisez à merveille certains mécanismes de défense ! Et ils sont nombreux ces malins…

Allez, suivez-moi, car sans plus attendre nous allons faire la lumière sur ces phénomènes.

Définition

Le terme « mécanisme de défense » a été employé pour la première fois par Sigmund Freud dans différents ouvrages à partir de 1915.

Mais c’est véritablement Anna Freud qui leur consacrera un ouvrage : « Le Moi et ses mécanismes de défense ».

Un mécanisme de défense est une stratégie défensive que l’on va mettre en place sans en être conscient, et ce, dans le but d’échapper à une angoisse ou à un conflit interne. Bref, pour se prémunir de ce qui nous fait souffrir.

On pourrait croire, très naïvement, que les mécanismes de défense sont des comportements mis en place par des personnes souffrant de troubles psychiques graves. Et bien non ! Nous utilisons tous ces procédés et très souvent.

Je vous propose ici une définition simplifiée des mécanismes de défense. En effet, les théories psychanalytiques qui donnent naissance à ces concepts sont complexes et je ne peux pas les résumer ici.

Notons simplement que l’appareil psychique (= en psychanalyse, l’ensemble des processus conscients et inconscients qui œuvrent en permanence au sein du psychisme ) est fait de telle sorte que nous sommes constamment en proie à des conflits internes.

Ces conflits peuvent porter sur nos envies et désirs, nos pulsions qui ne sont pas réalisables ou assumables au regard de notre système personnel, social et culturel de lois, règles, valeurs.

En tant qu’êtres humains, nous nous confrontons également en permanence à des angoisses profondes liées à notre condition humaine, notamment l’angoisse de mort.

Ces conflits internes et ces angoisses contre lesquels nous luttons génèrent de la souffrance.

Alors pour nous en prémunir nous pouvons utiliser certains mécanismes de défense comme des sortes de parades à ces démons du quotidien.

Je vous entends déjà me dire : « Mais, au final, ils sont protecteurs ces mécanismes ! Où se situe donc le problème ? »

Le problème réside dans le fait qu’ils sont certes économisant sur le moment, car ils nous protègent et nous empêchent de nous confronter à nos peurs et nos conflits internes, mais comme il s’agit de pansements, ils ne règlent pas ces fameux problèmes. Pire encore, ils ne font que retarder le moment où on s’y confrontera véritablement. Ces fonctionnements nous piègent ainsi dans un évitement constant de nos problématiques.

D’autre part, certains de ces mécanismes de défense génèrent des difficultés dans la relation à l’autre et à soi-même.

Prenons un exemple concret pour schématiser un peu mes propos :

Disons que vous venez tout juste de réaliser une belle récolte de pommes en vue d’une délicieuse compote.  Vos étalez ces pommes sur un journal et vous remarquez que certaines sont abîmées.  Mais il est tard, vous avez le repas à préparer ou bien encore votre série ou livre préféré qui vous attend. Bref, ça ne presse pas, vous vous en occuperez un autre jour. Mais comme vous trouvez gênant le fait  de voir ces morceaux abîmés, vous retournez les pommes afin de cacher ces endroits disgracieux.  Le temps passe, vos pommes vous semblent tout à fait appétissantes. Et vous trouvez l’envie et le courage de réaliser cette compote.  En réalité, vous avez complètement oublié votre petit stratagème.  Vous décidez donc de préparer cette compote dont vous rêvez !  Vous saississez ces belles pommes et là, surprise ( ou pas..) elles se délitent sous vos mains.  Vous (re)découvrez avec stupeur que la plupart ont pourri et que vous ne pourrez plus les incorporer dans votre compote. Il faudra donc vous contenter de peu. Ah si seulement vous vous étiez occupé de les nettoyer plus tôt …

Alors bien sûr, nous fonctionnons tous avec des défenses et elles sont d’ailleurs importantes pour notre fonctionnement psychique. Elles maintiennent un certain équilibre. Cependant, lorsqu’elles deviennent rigides et se cristallisent, c’est à ce moment qu’il est nécessaire de les analyser, de les comprendre pour pouvoir assouplir son fonctionnement.

Présentation de 17 mécanismes de défense.

A présent que vous connaissez la théorie, entrons un peu dans le détail.

Je vais vous présenter les mécanismes de défense les plus connus. Cette liste n’est pas exhaustive car il en existe beaucoup.  

  • Activisme : la personne en proie à une souffrance ou à une angoisse cherche à fuir cette souffrance en se réfugiant dans une activité à outrance (ex : le travail)
  • Altruisme : Tout comme pour l’activisme, la personne qui utilise l’altruisme comme mécanisme de défense cherche à éviter un conflit. L’avantage avec ce mécanisme de défense est qu’il est socialement reconnu. Cependant, le risque d’un tel fonctionnement est de créer une relation de dépendance avec les personnes pour qui on se dévoue. Et de finir par reprocher à l’autre son propre dévouement.
  • Anticipation : il s’agit à la fois d’un mécanisme de défense et d’un mécanisme adaptatif. L’anticipation permet d’éviter le stress d’une situation nouvelle en recensant les scénarios et paramètres possibles. L’effet positif de ce procédé est de mettre à distance l’émotion qui pourrait submerger la personne. En revanche, ce mécanisme devient pathologique lorsqu’il empêche l’individu de réagir en s’adaptant à la nouveauté. Prévoir protège mais savoir s’adapter permet la survie.
  • Agression passive : Les personnes qui l’utilisent ne parviennent pas à s’affirmer dans la relation. Par une réponse passive-agressive, elles tentent de marquer leur désaccord tout en donnant l’apparence d’une adhésion. L’expression qui vient le mieux témoigner de ce mécanisme est la fameuse : « parle à mon …, ma tête est malade ».
  • Dénégation : «  Procédé par lequel le sujet, tout en formulant un de ses désirs, pensées, sentiments, jusqu’ici refoulé, continue à s’en défendre en niant qu’il lui appartienne » *

Ex : une personne envieuse de quelqu’un d’autre s’exprimant sur ses ressentis en disant : « je ne pense pas que j’ai envie de lui ressembler, simplement il y a quelque chose en elle qui m’intrigue »

Nous fonctionnons beaucoup avec la dénégation qui est assez pratique.

  • Déni : refus de percevoir une réalité  vécue comme dangereuse ou douloureuse. La personne concernée ne se rend pas compte qu’elle est en proie au déni.

Ex : déni dans un deuil, déni de grossesse…

  • Déplacement : Procédé par lequel l’intensité d’une représentation va se détacher de cette représentation pour passer à une autre représentation moins intense. Cette seconde représentation est reliée à la première par associations d’idées.

Ex : dans le petit prince, le renard a du mal à vivre la séparation avec son ami devenu si cher à ses yeux. Alors, il va associer la couleur du blé à la chevelure du petit prince. Et ainsi, les champs de blé pourront lui rappeler son ami.  

  • Évitement : Détournement des pensées liées à des objets, évènements douloureux ou conflictuels.

Ex : évitement du conflit, ou lorsqu’une personne est malade : on évite de prendre de ses nouvelles pour ne pas être confronté à la peur de la maladie.

  • Humour : dans le sens premier utilisé par Freud, l’humour est un mécanisme de défense appliqué à soi-même et qui permet de présenter uniquement les aspects ironiques, plaisants, drôles d’une situation traumatisante dont on cherche à se défaire.
  • Idéalisation : La personne s’attribue ou attribue à autrui des qualités exagérées. Ce procédé lui permet de ne pas se heurter à la réalité.
  • Identification à l’agresseur : « Mécanisme de défense isolé et décrit par Anna Freud. Le sujet confronté à un danger extérieur s’identifie à son agresseur, soit en reprenant à son compte l’agression telle quelle, soit en imitant physiquement ou moralement la personne de l’agresseur, soit en adoptant certains symboles de puissance qui le désignent. »*

Le syndrome de Stockholm, phénomène où l’on voit des otages prendre partie pour leur agresseur repose sur l’identification à l’agresseur. Ce mécanisme permet à la victime de survivre à l’intensité émotionnelle de l’agression.

C’est ce qui explique aussi pourquoi certaines victimes de violence dans l’enfance auraient tendance à reproduire ces comportements violents une fois devenus adultes.

  • Intellectualisation : recours à la généralisation et à l’abstraction pour une situation qui angoisse fortement le sujet.

Ex : analyser et décortiquer le pourquoi de ses sentiments plutôt que de les évoquer simplement.

  • Rationalisation : justification rationnelle et logique mais artificielle des comportements, faits et émotions d’une personne, qui camoufle la réalité de ses angoisses et de ses ressentis.
  • Refoulement : rejet dans l’inconscient de représentations conflictuelles qui ne sont pas accessibles à la conscience.
  • Retrait apathique : Détachement protecteur, qui mêle l’indifférence affective, la restriction des relations sociales et des activités extérieures, à une forme de soumission passive aux événements. Ce mécanisme permet à une personne de supporter une situation très difficile. La personne concernée n’a plus envie de rien , n’arrive pas à se projeter dans des désirs.
  • Somatisation : localisation dans le corps de douleurs qui viennent témoigner de certaines difficultés psychiques rencontrées par le sujet.
  • Projection : «  Dans le sens proprement psychanalytique, opération par laquelle le sujet expulse de soi et localise dans l’autre, personne ou chose, des qualités, des sentiments, des désirs(..) qu’il méconnaît ou refuse (de reconnaître) en lui. » *

Ex : lors d’un conflit où votre interlocuteur s’énerve et vous restez calme, celui-ci vous dit alors : « mais pourquoi tu t’énerves ?! » . A ce moment, il projette sur vous la colère qu’il refuse de reconnaître en lui.

*source : Vocabulaire de la psychanalyse Laplanche et Pontalis

Je suis persuadée que vous avez déjà dû en reconnaître quelques-uns de ces mécanismes de défense dans votre fonctionnement et celui de votre entourage.

Le principal est de rester toujours attentif à son propre fonctionnement.

De rester acteur de sa vie et non simple spectateur.

C’est pourquoi je vous invite à me suivre dans le « conseil de psy » pour de nouvelles astuces !

Conseil de psy

Nous vivons au quotidien des conflits internes qui nous agitent, nous font vaciller, qu’on en soit conscients ou non.

Pouvoir travailler sur soi, comprendre son fonctionnement pour être le moins possible esclave de ses conflits internes et de ses mécanismes de défense est indispensable à l’épanouissement de chacun.

Mais travailler sur soi pour repérer ses blocages, ses schémas de répétition négatifs ne peut pas se faire seul. L’aide d’une personne extérieure, formée à cette analyse est importante.

C’est pourquoi,  je recommande toujours de consulter un professionnel dont c’est la spécialité, comme un psychologue, pour travailler un temps sur ces conflits et sortir de la souffrance.

Le but n’est pas d’être parfait, mais de se sentir épanoui !

Voilà, vous savez l’essentiel concernant les mécanismes de défense.

J’espère que cet article vous permettra de cheminer dans les recoins de votre inconscient et je vous dis à très vite pour une nouvelle notion de psychologie !

Aurore Bevalot

Aurore Bevalot

Psychologue clinicienne spécialisée dans la gestion des situations de crises et dans la prévention des risques psycho-sociaux.

Ces articles pourraient aussi vous interesser !

De nouveaux articles arrivent prochainement...

Vos questions. Nos réponses.

WHAT IS A PROJECT ?

Ensemble, agissons sur la santé mentale de vos collaborateurs pour en faire un pilier de croissance saine pour votre entreprise.

Can I trial indiego template before paying ?

Ensemble, agissons sur la santé mentale de vos collaborateurs pour en faire un pilier de croissance saine pour votre entreprise.

Are webflow sites SEO-friendly

Ensemble, agissons sur la santé mentale de vos collaborateurs pour en faire un pilier de croissance saine pour votre entreprise.